Interview avec Martin Cauwel

Dans le tri breton, il y a les « grosses pointures » (Colin Arros, Arnaud Guilloux and Co …) … mais pas que …
Place aujourd’hui à Martin Cauwel …
Espoir du Dinan Tri, Martin obtient une 3ème place au championnat de Bretagne junior format S l’an dernier, à Locquirec. Après le bac S décroché « à l’aise », Martin a endossé depuis deux ans le costume d’étudiant dans la filière Staps à Rennes. Passionné par le triathlon et le sport, investi et apprécié dans son club, il répond à nos questions ...

"Pour les non-initiés, c'est comment l'ambiance tri chez les jeunes loups du tri breton dont tu fais partie ?
C’est génial ! Je pense que le sport est fait pour être partagé, et c’est un énorme plaisir de faire du tri avec des gars et des filles comme ça ! On n’a pas tous les mêmes qualités ni les mêmes objectifs, mais la plupart ne se prennent vraiment pas la tête avec le sport et ont la bonne approche : celle du plaisir et de la progression ! Bien sûr, je ne les connais pas tous personnellement mais certains sont de vrais potes ! On s’entraîne parfois ensemble, notamment avec ceux qui sont étudiants sur Rennes. Toujours des séances très sympas, j’espère qu’ils en n’ont pas trop marre de m’attendre en haut des bosses à vélo …

Pas de natation à St-Grégoire, le tri de St-Brieuc malheureusement annulé, les triathlètes vont avoir hâte d'aller faire trempette, peux-tu leur parler du plan d'eau de Taden ?
Vous aimez nager dans une eau cristalline ? Vous êtes dégoûté par le doux contact de la vase et des algues qui chatouillent vos pieds à quelques instants du départ ? Ne venez pas … En même temps, c’est ça l’eau libre ! Je pense que le spot de Taden est un excellent spot. C’est à l’endroit le plus large de toute la rivière, la Rance, l’autre rive est sauvage avec une jolie roselière. L’eau est toujours bonne, régulièrement à plus de 16°C le jour de la course. Le parcours longe la rive, le public peut donc suivre les nageurs.

Tu termines à la 24ème place l'an dernier sur le S. Un top 10 sinon rien cette année ?
On fera les comptes à l’arrivée ! Pour moi les seuls objectifs sont de me marrer et d’améliorer le chrono de l’an dernier ! Si tout va bien, je pense pouvoir gagner encore 2-3’, mais le top 10 sera quand même loin. Par contre, je pense être injouable pour la note artistique de la photofinish ! (cf. photo de l’arrivée l’an dernier)

Colin Arros dans ton rétroviseur à l'arrivée, c'est pour quand ?
Sûrement le jour où j’aurai mal compté le nombre de tours que j’ai fait en course à pied … Sinon, au sens propre, faudrait déjà que je passe mon permis ! Et après on fera la course sur l’A85 en direction de l’Alpe-d’Huez : le dernier à Bourg-d’Oisans doit faire le LD (Longue Distance) avec une lenti à l’avant ET à l’arrière …

Dans le sport, tu votes Ibrahimovic ou Martin Fourcade ?
Tu ne pouvais pas mieux tomber ! Pour moi Fourcade, c’est le top-athlète moderne par excellence ! Au meilleur niveau mondial dans son sport, une position franche et affirmée sur tout ce qui concerne le dopage etc., proche de ses sponsors et de ses « fans », porté par la recherche d’amélioration et d’optimisation de ses performances et de son entraînement, … Un gars qui fait du bien au sport ! Clairement l’athlète qui a le plus fait lever de mon canapé le boulimique de sport que je suis.

A 20 ans, tu rêves de quoi quand tu te rases le matin ? A ne pas me couper … C’est tout nouveau pour moi, en tant qu’éternel imberbe ! Je pense ouvrir un numéro vert d’écoute et d’aide pour tous ceux qui vivent les apparitions chroniques et humiliantes de ces poils d’adolescents. Plus sérieusement, je rêve de journalisme sportif, d’encadrement d’athlètes de haut niveau, de triathlons longues distances, mais aussi d’équité, d’égalité des chances, de cohésion.

Pour finir, un petit mot pour ton Fan Club ?
Maman (bah quoi, y a qu’elle dans mon fan club !), ça ne te dirait pas de faire un p’tit Swim & Run ensemble ? ..."

Purée, il est sympa le Martin. Vous avez été conquis par le personnage … nous aussi. Alors, tous rendez-vous dimanche 15 mai au manoir de Taden pour une séance d’autographe de la « machine BMC » à l’arrivée …

posté le samedi 14 mai 2016
  Image actualite

Interview avec Aymeric Rehel

Originaire de Bobital, près de Dinan, Aymeric Rehel sera présent sur la ligne de départ du triathlon de Taden le 15 mai prochain. Vainqueur de l’épreuve en 2013, Aymeric sera accompagné d’une forte délégation de son club Rennes Triathlon. Connaissant parfaitement le terrain, il sera sans nul doute l’un des hommes forts de cette nouvelle édition. Deux semaines avant l’épreuve, il répond à nos questions …

"Aymeric, comment es-tu arrivé au triathlon ?
J'ai commencé le triathlon il y a 6 ans au club de Dinan Tri. Suite à une blessure, au handball, au niveau des ligaments croisés du genou, j’ai découvert le triathlon pendant ma rééducation par la natation et le vélo. Ensuite j'ai goûté à la deuxième division avec le TO Cesson où j'ai pris des grosses « roustes » en course à pied. Cela m'a permis de me rendre compte du niveau de ce genre de compétition et que j'avais encore du travail pour être compétitif. J'ai également retrouvé l'esprit d'équipe dans le triathlon. Cette année, cela fera deux ans que je suis licencié au club de Rennes Triathlon qui évolue également en deuxième division.

Comment organises-tu ta préparation ?
Au niveau des entraînements, je m'entraîne la semaine en natation avec le club de triathlon de Caen et les week-ends soit avec Rennes Tri, soit avec Dinan Natation Sauvetage. Au niveau du vélo et de la course à pied, les programmes d'entraînement me sont envoyés par le club de Rennes Tri dans le but d'être en forme sur les compétitions de D2. En fonction des sports, les volumes et intensités varient durant la saison. En moyenne cela représente 3-4 séances de natation, 3-4 séances de vélo et 3 séances de course à pied (environ 10h à 18h par semaine). Je m'entraîne tout en conciliant ma vie professionnelle et cela demande une certaine organisation.

Tu as déjà gagné l’épreuve à Taden en 2013. Quels sont tes objectifs cette année ?
Cette année mes objectifs sont les compétitions de D2 avec le club et de me faire un maximum plaisir sur les courses régionales. Je pense aussi m'aligner sur un longue distance cette année. Pourquoi pas Saint-Lunaire sur l’Emeraude Tri Race (là où je vais m'entraîner régulièrement) ?

Quels conseils peux-tu donner à celles et ceux qui veulent se lancer dans le triathlon ?
Les conseils que je peux donner aux gens qui commencent le triathlon, c'est de démarrer en douceur et d’être régulier dans les trois sports. Puis ensuite, augmenter les volumes petit à petit pour s'habituer aux nouvelles contraintes qu'exigent les différents formats de course en triathlon."

posté le mercredi 11 mai 2016
  Image actualite

Interview avec Colin Arros

Vainqueur l'an dernier, Colin Arros est un habitué du triathlon de Taden. Accompagné de ses compères du Team Landi et de son père Jean-Christophe, autre figure du tri breton, il sera parmi les favoris pour la prochaine édition du 15 mai. Outre ses qualités de triathlète, Colin est aussi un personnage atypique par son approche ludique du triathlon. Très apprécié par le tri breton, il assure aussi hors de ses bases finistériennes comme en témoigne sa 5ème place lors du dernier triathlon international de l'Alpe d'Huez. Le "korrigan de Commana" répond au questions de Martin Cauwel ...

"Bonjour Colin, merci de répondre à nos questions !

Si je devais te présenter en quelques mots, je dirais que tu es le plus korrigan des triathlètes bretons. Quelle est ta version ?
C'est exactement ça : Korrigan dans tout ce que ça sous-entend, les cheveux anarchiques, les shorts intrigants, la gestion d'effort chaotique, et peut-être l'état d'esprit ... décalé ... lol. Blague à part, en public, je joue mon rôle d'humain normal : 22 ans, toutes ses dents, étudiant en fac de sport à Brest et vivant au cœur des Monts d'Arrée. Niveau politique, je revendique l'indépendantisme breton de façon presque terroriste. Que dire de plus sur moi qui soit intéressant et qui ne fasse pas flipper... pas grand chose ! …

Tu as déjà gagné les 2 formats de course à Taden (Sprint et Courte Distance), qu'est-ce qui te donne envie de revenir tous les ans ?
Taden, c'est une course que je fais depuis ma première année de triathlon en 2008. C'est un peu comme un parfum que t'aimes bien. Tu sais qu'il y a mieux, mais il te rappelle tellement de bons souvenirs que tu voudras toujours le retrouver. Avec Taden, c'est pareil. J'ai d'excellents souvenirs (qu'ils soient bons ou mauvais) pour chacune de mes participations. C'est peut-être mon parfum favori en Bretagne, d'ailleurs ... Au delà de la métaphore, et au delà du fait qu'il n'y a rien à dire sur l'orga, le parcours, les bénévoles, etc., c'est l'épreuve où on est accueilli avec le plus de générosité et de simplicité, à tel point que quand je viens à Taden je me sens presque en famille.

Comment te prépares-tu pour tes courses ?
Aïe. Sujet qui fâche. En général, quand je dis que l'hiver je coupe le vélo pendant 3 mois, que je nage 2 x 2 km par semaine, que je fais exclusivement des footings à 10 km/h pour me préparer aux courses, les gens ne me croient pas. Alors je ne vais pas le dire. Disons que j'ai du Korrigan concernant l'entraînement également ...

Futur prof d'EPS, tu aimes transmettre et échanger. Quels seraient les 3 meilleurs conseils que tu penses pouvoir donner à un débutant en tri ?
1- Oublier que le sport c'est dur, comme veulent le faire croire bon nombre de triathlètes. Si on fait du sport, c'est parce qu'on a envie, donc c'est pas dur.
2- Venir sur une course en se centrant sur les choses importantes : la perspective de passer un bon moment / les bénévoles qui sourient / la chance de pouvoir faire du sport avec ses amis / le fait d'être en bonne santé / le ravito d'arrivée / la petite carte avec les temps séparés pour comparer avec ses potes.
3- Faire ce qu'on a envie : envie d'aller rouler 100 bornes mais ça ne sert à rien : Go. Acheter une roue pleine même quand on n’a pas le niveau : Go. Aller faire Taden comme un objectif même si ce n'est pas une grosse course importante parce que le parcours est joli : Go.

Depuis le début de la saison 2015 tu as lancé ton blog où tu publies ta vision de la pratique sportive, des comptes rendus de courses, ... Je te propose de raconter la course de tes rêves et son scénario !
Effectivement, j'ai lancé un petit blog pour mettre sur papier les nombreuses réflexions tordues que j'ai sur le sport ... Je ne recommande pas forcément aux gens d'aller les lire ... Ma course de rêve, et ben tu me croiras ou pas, c'était à Taden en 2012 : mon premier CD pour lequel je m'étais préparé tout l'automne / hiver / printemps, et pour lequel j'avais énormément d'appréhension. Il faisait 10 degrés dehors, 13 degrés dans l'eau. C'était horrible. Cependant j'ai fait une super natation avec le sourire, un super vélo avec la banane, et la meilleure course à pied de ma vie où je finis en pleurant tellement j'étais content d'avoir passé un aussi bon moment. Je repense à cette course quasiment tous les jours.

Il fait quoi Colin Arros quand il ne pense pas "triathlon" ?
Ouh là ! Sujet délicat ! Je n'ai jamais été diagnostiqué hyperactif mais à force qu'on me le dise, je finis par croire que je le suis ... Quand je ne fais pas de tri, je fais de la musique, je dois jouer d'une dizaine d'instruments, sinon je dessine, ou bien je fais de l'infographie 2D / 3D (ma première passion) autrement j'adore bricoler, jardiner, partir dans les Monts d'Arrée chercher des branches de pin à sculpter, et je suis un gros joueur de jeux vidéo sur PC. S'ajoutent à cela les articles sur mon blog qui me prennent 5-6 heures en moyenne chacun. Mes journées libres sont généralement plutôt bien remplies... Quoi qu'il en soit, quand je fais chacune de ces activités, j'ai toujours dans un coin de ma tête la date du 15 mai qui approche à grand pas..."

posté le vendredi 29 avril 2016
  Image actualite